Notre responsabilité d'humain, c'est de créer chacun à notre échelle notre paradis sur terre : ce monde dans lequel nous souhaitons vivre.

mardi 27 décembre 2016

L'Amour véritable

Je profite de cette fin d'année, période propice à l'introspection, pour vous livrer une nouvelle fiche pratique de développement personnel sur un sujet universel, mais souvent mal compris: j'ai nommé l'Amour véritable!

Avec l'Acceptation, la Responsabilité et la Gratitude, l'Amour véritable fait partie des notions "de base" à intégrer pour aller vers une vie plus vraie et surtout plus heureuse.

La fiche que je vous livre ici est une synthèse réalisée à partir de l’enseignement de Lise Bourbeau, qui a fondé en 1984 l'école de développement personnel Ecoute ton corps. Je l'ai découverte il y a plusieurs années suite à une conférence captivante réalisée par Martine Baroux (à la MJC du Montbrisonnais, pour les locaux!).

Pour rester dans le thème, si vous souhaitez découvrir gratuitement 2 chapitres de son livre Amour, Amour, Amour, dont la lecture m'a motivée à terminer la rédaction de cette fiche, il suffit de cliquer sur ce lien.

 

Et pour finir l'année en beauté, n'oubliez pas de rédiger votre lettre de fin d'année (cliquez ici pour voir la technique), dont le pouvoir est plus grand qu'on ne l'imagine. Si vous en avez écrit une l'année dernière, c'est aussi le moment de la relire et de vérifier son efficacité...

Il paraît qu'avec 2016 (année dont la somme des chiffres fait 9), nous terminons un cycle. L'année 2017, année du 1, devrait donc être le début d'un cycle nouveau, d'élévation. Notre monde (et chacun de nous 😁) en a bien besoin... 

vendredi 23 décembre 2016

Faire une boîte en origami

A peu de temps de Noël, vous êtes peut-être dans la dernière ligne droite, en train d'emballer les derniers cadeaux pour aider le Père Noël...

J'avoue qu'avec les cadeaux immatériels, le grand avantage est qu'il n'y a plus à se casser la tête sur l'emballage: il suffit d'écrire le nom du destinataire sur l'enveloppe!

Mais il reste toutefois quelques petits objets, souvent des consommables (chocolats, savon... j'ai donné une liste dans cet article), qui seraient tellement bien dans une petite boîte...

Après le furoshiki (emballer dans un carré de tissu), je vous présente donc cette année une autre façon d'emballer écologiquement: la boîte en origami! (Qui d'ailleurs peut aussi servir de boîte de rangement...)

Voici 3 tutoriels en vidéo: (cliquez sur les images)

❶ Le premier est une boîte refermable dont le motif de fermeture m'a totalement séduite. Autre avantage: il se réalise avec une feuille A4, dans mon cas j'ai utilisé une feuille de brouillon imprimée sur une face.

❷ Le second est une boîte avec son couvercle. Elle nécessite 2 feuilles de forme carré, et là aussi, le brouillon est utilisable. De forme un peu plus classique, elle n'en reste pas moins efficace!

❸ Le dernier est une boîte refermable type pâtissier. Elle nécessite par contre un papier A4 légèrement cartonné, et de la colle. Moins écolo que les 2 premiers, le rendu n'en est pas moins joli, surtout avec ce papier pailleté rose! La vidéo est en anglais.



Pour identifier la boîte, vous pouvez écrire le nom du destinataire directement dessus ou, pour ne pas dénaturer la boîte, ou tout simplement dans un but esthétique, vous pouvez utiliser du scotch repositionnable, aussi appelé scotch japonais ou masking tape, dont j'ai parlé ici (et qui d'ailleurs fait aussi un très bon cadeau).

Bon pliage!

PS: pour d'autres idées d'éco-emballage, vous pouvez consulter cet article de Raffa, qui reste la pionnière dans cette démarche: c'est elle qui m'a inspirée en premier il y a... euh... 10 ans!

dimanche 27 novembre 2016

Des idées de cadeaux immatériels, consommables ou d'occasion

Dans la conférence-atelier portant sur "Fêter un Noël Zéro Déchet" (la prochaine est le 1er décembre au Centre social), je consacre une partie à donner des idées de cadeaux un peu différents.

Le but est triple:
- sortir de l'escalade à toujours plus (décoration, repas, cadeaux, tenue...) qui engendre beaucoup de stress et de fatigue (ce qui gâche la fête pour un certain nombre d'entre nous)
- sortir de la surconsommation matérielle qui aboutit à 2 fois plus de déchets que le reste de l'année et pose un vrai problème économique à de nombreuses familles
- retrouver le sens que Noël a pour nous: ah oui, au fait, quel souvenir gardez-vous des Noëls de votre enfance? Qu'avez-vous envie de vivre? Qu'avez-vous envie de transmettre à vos enfants/petits-enfants?

Je ne pourrai pas répondre à ces questions à votre place, mais par contre, je connais quelques astuces:
- la 1ère est de faire part à votre entourage de votre volonté de fêter un Noël différent
- la seconde est d'en profiter pour leur donner des exemples de cadeaux que vous aimeriez recevoir ou offrir, en piochant ces exemples dans la liste ci-dessous, car les idées ne manquent pas. La preuve...
- la dernière astuce est d'utiliser le furoshiki pour emballer vos cadeaux (article ici). De quoi éviter la montagne de papier-cadeaux qui suit les fêtes...

Bien sûr, ces idées peuvent servir pour des anniversaires également! La version imprimable est ici.

① Les expériences
● un stage de dégustation ou d'initiation (vin, chocolat, plantes sauvages…)
● un cours de cuisine (végétarienne, indienne, asiatique, macarons...)
● une nuit ou un week-end dans un lieu spécial (château, gîte, yourte, roulotte, cabane dans les arbres ou une box par exemple)
● un cours de photographie, de couture, de guitare, d’informatique…
● un vol en parapente ou en montgolfière
● un massage (une bonne adresse ici), un soin, un hammam ou un spa
● un abonnement à une salle de gym
● un dîner au restaurant (ex: la photo ci-contre prise à l'Apicius à Montbrison)
● une invitation à un spectacle (match, concert, théâtre, ballet, cinéma en plein air…)
● une promenade originale (à dos d’âne, à cheval, en petit-train du Haut-Forez, en bord de mer ou en montagne…)
● une initiation sportive (surf, plongée…)
● une après-midi en salon de thé
● une entrée pour un musée, un parc à thème ou un espace de jeux pour enfant (comme Space Kid à Savigneux)

② Son temps, ses talents (cadeau accessible aux ados)
● babysitting
● participation à des tâches (tondre la pelouse par exemple). La photo ci-contre est un modèle sympa qui provient de ce site.
● passer du temps ensemble
● proposer son talent de cuisinier, couturière, coiffeuse, peintre… 

③ Cadeaux numériques 
● un abonnement à un magazine électronique (féminin, culture, psycho, photo, nature, etc.)
● un abonnement à la médiathèque
● un bon pour télécharger de la musique mp3 (les ados aiment bien ça)
● un livre électronique
● de l’espace de stockage de données
● une vidéo personnalisée (gratuite) du Père Noël (les petits aiment beaucoup, et certains grands aussi!). Il suffit d'aller sur le site Père Noël Portable, de renseigner quelques informations sur l'enfant (nom, date de naissance, photo...) et vous obtenez une vidéo personnalisée où le Père Noël s'adresse à l'enfant. (A éviter si vous considérez que Noël est un mensonge fait aux enfants) 

④ Argent ou bon d’achat (bien pour les personnes qui emménagent ou souhaitent acheter eux-mêmes)
Chez nous, cela permet d'écouler les bons d'achats reçus au travail... 

⑤ Cadeaux consommables (idéal pour les personnes âgées, pour les gourmands et les personnes que vous ne connaissez pas très bien)
● biscuits, mendiants, orangettes, chocolats, confiseries, thé/café, confiture, épices pour vin chaud… faits maison ou achetés en vrac dans un des lieux de vente en vrac (liste pour Montbrison et alentours ici)
● composition de bonbons, comme la photo ci-contre (magasin ici) 
● vin, liqueur, jus, spécialité… ramenés d’un voyage
● bières en bouteilles consignées (Forez Bières Boissons par ex)
● savons, cosmétiques, bougies... faits main ou toute autre création faite main, ou achetés en vrac (liste de lieux) 
un ou des rouleaux de masking tape (scotch repositionnable décoré) dont j'ai parlé ici.

⑥ Cadeaux d’occasion 
Cela nécessite de se défaire de ce tabou qui n’existe pas dans une énorme partie du monde. Une autre condition est d’être sûr que le bénéficiaire en a besoin et appréciera le cadeau. 
Il est en outre toujours possible de ne pas préciser la provenance, ou de dire que c’est vintage !
Les endroits ne manquent pas: brocantes, Emmaüs, Boutique humanitaire, Armoire de Loulou… (liste ici).
On y trouve notamment des vêtements (exemple ci-contre acheté pour notre fille l'année dernière), des jouets (poupées, playmobils, jeux de société...), de la vaisselle et toutes sortes d’objets.
Notez au passage que cela permet de ne pas respirer les émanations toxiques qui se dégagent des vêtements et des objets neufs (traitement ignifuge, traitement pour le transport en container, traitement pour fixer la couleur etc...) 

En prime, je vous ajoute une petite vidéo (2min) où Béa Johnson, la reine du Zéro Déchet, parle de Noël...

   

 Je vous souhaite un Noël joyeux, serein et sans déchet!

lundi 21 novembre 2016

Sommaire

Comme il devenait difficile de s'y retrouver, voici un sommaire listant les articles majeurs du blog.🙌(Youpi!)

Présentation du blog et de son auteur
Simplicité, écologie, santé
Le Zéro Déchet, ou comment cesser de jeter l'argent par les fenêtres

🍽 Cuisine
Où acheter "Zéro déchet" localement (Montbrison, 42)?
Des accessoires Zéro déchet en cuisine
Nourrir l'Europe si le système s'effondre
Pourquoi manger moins de viande?
Le purificateur autonome Berkey (ou comment avoir une eau d'excellente qualité)
Quelques témoignages sur l'alimentation...
PCB, viande, protéines animales...
Collecter facilement et proprement les déchets compostables
Les produits fermentés
Fabriquer des bougies avec de l'huile de cuisson usagée

🍉 Recettes de cuisine
Faire son lait d'amande
Galette des rois
Rhubarbe!
La crème de cajou (ou comment remplacer les bricks de crème)
Faire sa choucroute (ou comment expérimenter la lacto-fermentation) ! 
Faire ses légumes fermentés
Une glace saine, simple et sans déchet!
Cookies véganes 

🛀 Salle de bain/corps
La coupe menstruelle (ou comment remplacer les tampons)
Le flux instinctif
Les alternatives au dentifrice industriel en tube
Déodorant simple et naturel
Lunaception
L'épilation laser
Huile de coco
Du bon usage du soleil (et astuce anti-moustique)
Décoder ses cosmétiques (shampooing/gel douche) 
Alternative au gel douche: le pain de savon saponifié à froid
Les cinq tibétains ou le sport facile

🚽 Ménage 
Le percarbonate (ou comment décrasser ses toilettes sans javel)
La magie du rangement vertical!
Astuces de rangement
Le Blanc de Meudon (fiche pratique et application pour décorer les vitres à Noël)
Le Blanc de Meudon pour remplacer la pierre d'argent
Des alternatives à la lessive industrielle: le vrac, les paillettes de savon et la cendre!
Remplacer la javel: nouvel exemple

📧 Bureau
Le Zéro déchet au bureau
Le masking tape (ou comment remplacer patafix, scotch, étiquettes...)
Fabriquer un carnet en feuilles de brouillon

👶 Enfants
Couches lavables
Le biberon en inox: sain et incassable
Alphabet: un film à voir!
Les enfants face aux écrans
Acheter d'occasion
Les accords toltèques expliqués en vidéo aux enfants
Les petits mouchoirs (en tissu)

🎅 Fêtes et vacances 👓
Pâques sans déchet
Pâques ou le symbole de la renaissance
Le furoshiki (ou comment emballer sans papier cadeau)
Faire une boîte en origami
Des idées de cadeaux immatériels, consommables ou d'occasion
Décorer ses vitres au Blanc de Meudon
Faîtes vous un cadeau: la puissance d'une lettre de fin d'année
Le Zéro Déchet en vacances: retour d'expérience
Astuces écologiques... pour camping-car!

🤔 Métaphysique
J'arrête de râler (et de vivre ma vie à moitié endormie)!
Le burn-out (ou épuisement professionnel)
Révélations sur les pyramides d'Egypte!
Exercice pratique pour améliorer l'estime de soi
Les maths appliquées grâce aux Pyramides!
Le jour où j'ai appris à vivre
Citations de Pierre Rabhi
Demain: le film à voir (et 2 courtes vidéos)
Une belle relation de couple (ou comment apprendre le langage de l'autre)
L'après-vie: le test du journaliste Stéphane Allix
9 moyens pour améliorer sa qualité de vie (Lise Bourbeau)
Le pouvoir de la gratitude
L'Amour véritable
Et si votre rêve devenait possible...
"Vivre ou courir?"
Le bonheur et la performance

🙄 On marche sur la tête 
Les sigles et acronymes
Perturbateurs endocriniens: comment s'en protéger?

mercredi 9 novembre 2016

La lutte contre le gaspillage en cuisine

Le saviez-vous...? Le Ministère de l'Environnement a lancé en 2014 et 2015 un appel à projets "zéro déchet, zéro gaspillage" pour aider les collectivités volontaires dans une démarche exemplaire et participative de promotion de l’économie circulaire... 58 lauréats en 2014, et 95 de plus en 2015!

Ma communauté d'agglomération Loire-Forez (42) en fait partie... et c'est dans cette optique que se tiendra le samedi 19 novembre le Village Zéro Gaspi à Lézigneux. Je serai présente au stand dédié à la cuisine Zéro déchet, avec mon conjoint, et je ferai une conférence à 16h30. On verra comment s'y prendre pour ne plus ramener d'emballages ou d'objets jetables lorsqu'on fait ses courses...
Je propose aussi, dans les semaines suivantes, des conférences-ateliers sur les thèmes: 'Fêter un Noël Zéro Déchet' et 'Décorer ses vitres naturellement & autres usages du Blanc de Meudon' (toutes les infos sont ci-dessous).



En parlant de lutte anti-gaspi, voici un extrait du reportage Tout compte fait (15 minutes) qui m'a bien plu (cliquez sur l'image de gauche ci-dessous).
On y voit ceci:
- une mère de famille accommode ses "déchets" de cuisine (fanes, verts de poireaux...) à Saint Genis Laval (69). Voici son site si le thème vous intéresse.
- des supermarchés de Lille trouvent des solutions anti-gaspi (à la minute 2:05) en proposant des paniers de légumes déclassés, ou encore en préparant sur place des smoothies ou des plats transformés...
- deux jeunes femmes ont ouvert un restaurant Zéro Gaspi à Paris (à la minute 6:23): elles cuisinent les légumes biscornus ou trop petits, et les clients paient leur assiette au poids (2.80 euros les 100g)!
- la ville de Mouans-Sartoux a mis en place une cantine bio faite maison sans surcoût (à la minute 10:30): en cultivant les légumes localement, en servant des assiettes à la demande et en accompagnant les enfants pendant les repas! C'est ainsi que les déchets sont passés de 25kg par repas à seulement 4kg...

Si vous voulez voir le reportage entier (48 minutes), qui comporte en outre une partie sur le Zéro déchet, cliquez sur l'image de droite ci-dessous.

https://www.youtube.com/watch?v=VypLEP1O6c8  https://www.youtube.com/watch?v=tlCx8zsRMv4 

Des initiatives qui redonnent le sourire ;0) !

dimanche 30 octobre 2016

Captain Fantastic

J'ai découvert hier sur le blog Save the green un article relatant le film Captain Fantastic. Je n'en avais pas entendu parler jusque là, mais la critique qu'en fait l'auteur du blog, les récompenses (3 prix et 8 nominations) ainsi que la bande-annonce nous ont convaincu d'aller voir ce film prochainement...

Voici le résumé pris sur le site Sens critique:
Dans les forêts reculées du nord-ouest des États-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

Je reviendrai, après visionnage, confirmer (ou non) s'il s'agit bien du film enchanteur et anti-déprime de la rentrée, mais je pense que vous pouvez sans risque mettre ce film au programme de votre week-end ou vacances de Toussaint...

Verdict après visionnage: ce qui m'est venu "à chaud", c'est que le terme "anti-déprime" n'était peut-être pas l'adjectif le plus approprié étant donné que j'ai pleuré pendant une bonne partie du film. En même temps, c'était un peu prévisible, puisque le point de départ de l'histoire est la mort (par suicide) de la mère de cette famille peu commune. Cette mère, qu'on ne voit pas vivante, est en effet la pièce centrale et mystérieuse du film, dont on devine les contours, assez flous, en ombre chinoise via le regard des uns et des autres et sur laquelle on garde le doute, même après le film.
Le film est en tout cas une sacrée critique de la société consumériste mais il pose aussi beaucoup la question de la résistance à ce système: faut-il en passer par la marginalisation ou bien par les compromis?
Il met aussi l'accent sur le rôle des parents et de l'éducation, faisant le grand écart entre un parent-maître très impliqué, presque gourou, distillant un enseignement personnalisé mais orienté, et une éducation magistrale et normée portée par le système éducatif qu'est l'école, mais ne formant pas à développer son propre sens critique. Un film de réflexion qui laisse entrevoir une prise de conscience radicale en émergence aux Etats-Unis...

lundi 17 octobre 2016

"Vivre ou courir?"... les résolutions de rentrée

Depuis quelques années, j'ai remarqué que je ne prends pas de résolutions au jour de l'an, mais plutôt à la rentrée scolaire, après la période de "break" des vacances pendant laquelle j'ai pu faire le point, prendre du recul et y voir plus clair sur la direction à suivre. Et il semble que je ne suis pas la seule en fait...

Pour tout vous dire, je suis arrivée aux vacances encore survoltée d'avoir couru toute l'année, puis exténuée de relâcher la tension accumulée. Cette impression de ne pas avoir pu profiter de mes journées, de n'avoir pas vu le temps filer, m'a laissée frustrée, et assez accablée à l'idée que cela allait continuer comme ça si je ne changeais pas quelque chose. Cela m'a rappelé ce cher Einstein qui nous disait:


Parallèlement, j'ai découvert, en écoutant Patricia Darré, journaliste et médium assez connue, que cette sensation de course ininterrompue commence à être expliquée par des physiciens : la densité du temps s’accélère, semble-t-il, et des journées qui font toujours 24 heures sur nos montres, représentent seulement 16 heures de temps réellement disponible...
Je sais que cela fait rire les scientifiques les plus cartésiens, mais moi je me base sur les faits: tout le monde se plaint de courir, de ne plus avoir le temps, d'être en surmenage voire en burn-out. Les faits sont là, alors pas la peine de s'attarder sur la démonstration: il suffit d'ouvrir les yeux!

A ce stade de ma réflexion, je me suis remémorée cette citation d'Elaine Saint James, auteure du livre La vie simple, mode d'emploi :


Je me suis replongée dans son livre à la quête de quelques pistes pour changer les choses, justement. Au détour d'une recherche sur internet sur cette auteure vraiment précurseur dans le domaine de la simplicité volontaire (1996), je suis tombée sur ce témoignage qui a fini d'enfoncer le clou :

" Je n'avais jamais voulu choisir. Je voulais tout faire: monter les échelons dans le cadre de mon travail, avoir des enfants, avoir une vie de couple satisfaisante, voyager, lire et m'impliquer. Un gros bouquet éblouissant, dont chaque fleur est, à elle seule, une merveille. Mais voilà, le bouquet était trop gros et je n'avais plus de joie à le tenir; je n'avais que la peur de l'échapper."


Voilà donc comment j'ai décidé de n'avoir qu'une résolution cette année: décharger mon emploi du temps et continuer à simplifier mon organisation, en gardant la citation d'Elaine Saint James toujours en tête. Mon but est de pouvoir prendre mon temps pour faire les choses du quotidien, petites ou grandes, parce qu'au fond, c'est ça la vie. Tout est déjà là, pas la peine de regarder ailleurs.

D'ailleurs, les autres pistes sont venues à moi naturellement: la première, je la dois à  Flora Douville (une anti-conseillère en image que j'aime beaucoup et qui propose d'excellents webinaires mensuels gratuits): il s'agit des 5 regrets les plus fréquents chez les personnes en fin de vie... Ceux-ci ont été listés par Bronnie Ware, infirmière en Australie (cliquez sur les photos ci-dessous). Une bonne source d'inspiration pour identifier ce qui a vraiment de l'importance dans la vie!

La seconde découverte que Flora m'a permis de faire, c'est la vidéo située à droite ci-dessous: une vidéo dans laquelle Kate Winslet explique en 1 minute comment elle a su dépasser et transformer les remarques de ceux qui lui prédisaient un maigre avenir en tant qu'actrice...De quoi finir de se re-booster!

dimanche 2 octobre 2016

Cookies véganes et programme de conférences-ateliers

L'homme de la maison est comme moi: écolo convaincu.

L'étiquette faisait ricaner il y a 10 ans, mais maintenant c'est monnaie courante: on ne se démarque plus, et c'est bien dommage, vous dirait l'homme, pour qui être en marge est une seconde nature. Heureusement, il nous reste quelques dossiers: le bio, le végétarisme/véganisme* et le Zéro déchet :0)

Il a suffi que ses collègues le mettent au défi de cuisiner un goûter bio et végane pour que l'homme ouvre mon livre de recettes et se mette aux fourneaux!

Je ne l'ai pas vu en pleine création (tant mieux pour lui je pense), mais j'ai vu le résultat: des cookies très mignons et très bons, tout ça sans œuf, sans lait... et presque sans déchet (même la vaisselle était faite, c'est dire ;0). Et ce n'était rien devant la fierté de l'homme qui m'attendait au retour du boulot pour me lancer, avant que j'aie posé mes chaussures, un: "regarde-moi ça!"!

Voici donc la recette promise auxdits collègues!


NB: l'okara que je mentionne dans la recette est le résidu qu'il reste après avoir fait un lait d'amande ou de noisette (article ici).

* Je précise ici que nous ne sommes pas spécialement véganes, par contre nous avons beaucoup réduit (voir arrêté) notre consommation de viande pour les raisons évoquées ici.

Si vous cherchez des sites de recettes véganes sympas, en voilà:
- 100% végétal (le site de l'auteure de Vegan)
- Antigone XXI
- Code planète
- Mlle Pigut

Je profite de cet article pour vous donner la liste des conférences-ateliers que j'aurais le plaisir de proposer pour 2016 (affiche ci-dessous). N'hésitez pas à partager l'info! Sachez que, pour 2017, il y en aura d'autres, je reviendrai vous en parler...

jeudi 22 septembre 2016

Le Zéro Déchet en vacances: retour d'expérience


En triant les photos de nos vacances en Toscane, je me suis rendue compte qu'il y avait matière à écrire un petit article sur le sujet... d'autant que je m'étais interrogée avant notre départ, ne sachant pas trop comment on ferait sur place.
Bien sûr, vacances obligent, j'étais prête à être vigilante, mais pas à me prendre la tête là-dessus.
Voici donc le résumé de nos actions, à garder sous le coude pour les prochaines vacances... ;0)

Alors, comment avons-nous procédé lors des préparatifs?
Après avoir relu le chapitre du livre Zéro déchet, nous avons emmené:

- notre kit de courses (cabas avec des sacs en tissu dedans, pas lourd ni encombrant). Notre but était de le laisser dans la voiture pour l'avoir sous le coude au bon moment.

- notre purificateur d'eau Berkey dont j'ai déjà parlé ici. Un peu encombrant mais pas trop car les 2 parties s'emboîtent. Il n'était pas question de trimballer des litres et des litres d'eau en bouteille plastique (ou verre) sur place!

- quelques provisions alimentaires en sacs en tissu ou en bocaux, de manière à pouvoir les utiliser sur place, une fois vidés. On s'est limité à une petite caisse. L'astuce est de réutiliser aussi sur place les éventuels pots en verre ou bocaux qu'on achète par nécessité.

- notre kit "vaisselle": une éponge lavable et une paille de fer (article ici). J'avais par contre oublié d'emmener mon produit vaisselle (flacon rechargeable dans mon magasin Biocooop). Sur place, j'ai donc été tentée d'acheter un flacon au supermarché, mais quand j'ai lu, dans toutes les listes d'ingrédients, le méthylisothiazolinone comme conservateur à la place des parabènes, non vraiment, je n'ai pas pu m'y résoudre et me suis rabattue sur une boîte de bicarbonate: ça a fait un très bon remplaçant! Sans mousse ni odeur certes, mais ce n'est pas du genre à nous poser problème...


Et sur place, en pratique?

- nous avons refusé les sacs en plastique dans les magasins et au marché -> je recommande donc d'apprendre très rapidement à refuser dans la langue du pays : "je n'en ai pas besoin", "non merci", "pas de plastique s'il vous plaît", "ça ira comme ça"...

- nous avons refusé les objets jetables dans les restaurants (ou repas de village), lorsque c'était possible. Mais c'était de loin le plus difficile (et nous n'avons pas toujours réussi): entre la nappe, le set et la serviette de table... On a vite remarqué que de ce point de vue-là, les restaurants un peu "hauts de gamme" sont appréciables: tout y est lavable!

- nous avons enterré nos déchets organiques, faute de composteur. Il aurait été dommage de s'en priver, d'autant que notre hôte avait aménagé un petit potager où on pouvait se servir gratuitement en légumes et qu'on disposait donc d'une pioche! Pour collecter ces déchets-là (épluchures surtout), nous avons procédé sur le même principe qu'à la maison (ou presque: une bassine sous l'évier, c'est ce qu'on avait à disposition dans le gîte). Bien sûr, nous en avons profité pour suggérer l'idée du compost à notre sympathique hôte, c'est ça la démarche pro-active!


- pour être parés en ballade, nous avions toujours dans notre sac à dos un kit comprenant: quelques sacs en tissu, un torchon (qui pouvait servir autant de serviette de table, que de papier pour envelopper du pain ou un gâteau), un petit tupper avec un fruit lavé et un couteau pour le découper, et un thermos d'eau filtrée. En témoignent les photos ci-dessous:

- nous avons fait des choix judicieux et anticipé lors de nos achats: par ex, nous avons préféré la glace en cornet (photo ci-dessus) à la glace en pot jetable et la cuillère qui va avec! Ou alors nous avons refusé la serviette qui venait avec la crêpe au Nocciolata (l'ancêtre bio et sain du Nut...a: une tuerie!).

- et enfin, nous nous sommes émerveillés de toutes les initiatives déjà en place: le vrac sur les étales du marché, les éoliennes et les bennes à compost! Sur ce dernier point, de nombreuses villes se sont lancées et sincèrement, cela me semble vraiment être l'avenir, d'autant que le compost obtenu grâce à ces déchets organiques peut ensuite être redistribué aux agriculteurs et aux citoyens pour amender naturellement leurs terres... J'ai donc posé à côté de la poubelle pour l'occasion :0)

Nous avons également été assez étonnés de voir que la tendance végétarienne/végane est plus avancée qu'en France: nous avons vu plusieurs restaurants ouvertement végans, et des alternatives véganes à des spécialités emblématiques, comme ce Vegamisù! Incroyable!

NB: nous avons été enchantés de notre gîte "Agriturismo Fossederi" et de l'accueil de nos hôtes Matteo et ses parents Pier Luigi et Paola, c'est pourquoi ils méritent bien que je leur fasse un peu de pub! Voici leur site: http://agriturismofossederi.com/index_new_4.asp?sezione=1.

mercredi 14 septembre 2016

Le bâton ou la carotte

Pour avancer (ou faire avancer quelqu'un) vers un but précis, on dit communément qu'il y a 2 méthodes:  
le bâton ou la carotte (voire les 2 en même temps!).

Bien sûr, la carotte est la technique la plus agréable: on va vers l'objectif parce qu'on y voit son intérêt. C'est celle qu'on privilégie quand on est malin, que ce soit dans ses relations de travail ou dans ses relations en général, sans tomber dans le chantage bien sûr. Le tout est de trouver la carotte, c'est-à-dire, la motivation, l'intérêt (écologique en l’occurrence) de chaque protagoniste pour aller vers un but commun.

Et puis, quand la carotte ne suffit plus, et parce que certains y sont insensibles, il faut passer au bâton, nettement moins sympa, mais efficace aussi. En société, ce sont les lois. Et la loi dont je vais vous parler aujourd'hui, c'est celle qui va interdire un certain nombre d'objets générateurs de déchets (si vous souhaitez lire l'Article L541-10-5 en question, voici le lien).

En résumé, quels sont ces objets qui seront bientôt interdits à la vente?
- les sacs en plastique, non compostables (2017, mais déjà en place pour les sacs de caisse, depuis juillet 2016)
- les gobelets, verres et assiettes jetables en plastique, non compostables (2020)
- les cotons tiges avec tige plastique (2020)
- les exfoliants contenant des particules en plastique (2018)

Voilà un petit reportage relatant cette interdiction et ses raisons:
 
Quelles sont les alternatives durables à ces objets jetables ?
- un cabas et des sacs en tissu: le fameux "kit de courses" de Béa Johnson (vidéo ici). J'ai trouvé une partie des miens chez Biocoop (marque Ecodis en photo ci-dessous); les autres, je les avais cousus au moment où on n'en trouvait pas encore en magasin. Je m'en sers pour acheter mes fruits/légumes, et toute l'épicerie sèche (pâtes, riz, légumineuses, céréales, chocolat, sucre, farine, biscuits...).
Une autre astuce qui dépanne, c'est de se fabriquer un sac, en quelques nœuds, à partir d'un tissu carré d'1 m de côté. C'est le fameux furoshiki des japonais. Voici 2 vidéos de démonstration ci-dessous: une pour un sac à provision, l'autre pour un sac à main.



- la vaisselle en "dur". L'astuce est d'avoir autant d'exemplaires que le nombre maximum d'invités qu'on a généralement. Si exceptionnellement on reçoit plus, il suffit soit de demander à des invités d'amener les manquants, soit de louer la vaisselle (qu'on peut rendre sale, le lavage étant compris dans la prestation).


- pour les oreilles: rien! Le mieux est de laisser la nature faire son "lavage" naturel au moyen du cérumen qui évacue les saletés de l'intérieur vers l'extérieur de l'oreille. Il est toujours possible d'éliminer au gant ou au mouchoir lavable ce cérumen une fois qu'il est à l'extérieur du conduit. Encore une fois, Raffa expliquait très bien tout ça il y a déjà bien longtemps. Si vraiment il vous faut quelque chose (c'est mon cas, j'ai de l’eczéma dans le conduit), alors vous pouvez opter pour un oriculi. J'ai celui ci-contre, en inox, dont je suis très contente mais j'ai vu qu'on trouve à présent plutôt les oriculi en bambou comme ici.


- pour s'exfolier, il existe des tas d'alternatives: le marc de café (Delphine en parle ici), le sucre, le sable quand on est à la plage... Pour ma part, j'ai opté depuis 10 ans pour une petite serviette exfoliante, qui ressemble à la photo ci-contre, et que je laisse toujours dans ma salle de bain. Certes elle est en polyester, mais elle se lave très bien et me semble inusable!

vendredi 2 septembre 2016

Une glace saine, simple et sans déchet!

En cette fin de période estivale caniculaire, je me suis dit que ça valait le coup de vous présenter, même tardivement, cette sympathique recette de crème glacée qui, à mon sens, est vraiment délicieuse!!!

Je l'ai découverte dans un contexte plutôt santé (alternative aux glaces des supermarchés) et j'ai eu la révélation seulement après: cette recette est également sans déchet! Eh oui: on peut acheter tous les ingrédients en vrac...

Ses atouts sont nombreux, car elle est:
- délicieuse au goût et crémeuse comme une crème glacée classique en texture
simple et facile à faire: elle ne nécessite pas de sorbetière, juste un mixeur (et un congélateur, tout de même)!
- assez rapide (à condition d'avoir une réserve des ingrédients concernés au congélateur)
faite maison bien sûr, donc vous choisissez (et connaissez ;0) tous les ingrédients que vous mettez dedans et les variantes sont multiples
économique (je n'ai pas fait le calcul du prix au kilo mais vu la différence de qualité, pour moi c'est plié d'avance)
- sans matière grasse, sans lait ni crème, et sans sucre (si vous le désirez)...
- et en bonus elle évite de perdre des bananes trop mûres (noires ou tâchées)

Voici la recette que je fais (elle ressemble à la photo en bas à gauche, prise sur ce site, j'ai oublié de prendre ma glace en photo, faut dire qu'elle a été vite mangée):
- 1 à 2 parts de bananes congelées (4 bananes par exemple)
- 1 à 2 parts de fraises congelées (ou autres fruits: cerises, pêches, framboises, mûres...)
- 4-5 dattes, ou du miel, ou du sirop, ou du sucre (facultatif, dépend de votre goût, pas nécessaire si coulis en accompagnement). Le plus simple est de gouter pendant la réalisation pour ajuster et éviter ainsi le surdosage.

1. Découper des bananes très mûres en morceaux de 1-2 cm et placer au congélateur pour 12 heures (1 nuit). La recette est meilleure avec ce type de bananes (noires, qui commencent à être molles) car elles sont plus sucrées que les autres. Cela permet en outre d'utiliser des bananes trop mûres dont on ne sait pas quoi faire.

2. Faire de même avec les autres fruits. Les petits fruits comme fraises, framboises, cerises, mûres... ne nécessitent pas de découpe. L'objectif est de limiter l'effort de votre mixeur ou blender. Bien sûr, pour que la glace soit prête rapidement, il est bon d'avoir une réserve de fruits congelés d'avance.

3. Mixer les fruits congelés et les dattes dénoyautées (si vous souhaitez sucrer) jusqu'à obtenir une consistance crémeuse et servir!

Notes et astuces:
De nombreuses variantes sont possibles:
- recette avec bananes uniquement en vidéo chez Hervé Cuisine (attention, Hervé aurait dû prendre des bananes très mûres)
- recette avec bananes et dattes en vidéo sur la chaîne Cuisinez Vegan de Juliana 
- recette avec bananes et citron chez Mlle Pigut
- recette avec mangue à la place des bananes chez Tout cru dans le bec (allez dans l'index, vous trouverez d'autres recettes)

Pour plus de recettes, consultez cet article d'où est extrait la photo qui recense un grand nombre de variations, sur le thème de la crème glacée, mais aussi sur le thème du sorbet (comme ce sorbet orange) et de la glace à base de noix.

Notez qu'on trouve tout de même de délicieuses glaces ou sorbets chez les artisans glaciers dont certains accepteront de vous remplir voter bocal ou alors dans les magasins de producteur ou les AMAP, qui vous permettront de rendre les emballages après utilisation.

mardi 23 août 2016

Les alternatives au dentifrice industriel en tube

Dans le même esprit que mon article sur la lessive, voici une revue des différentes alternatives possibles pour un dentifrice plus sain, économique et sans déchet.

Comme vous le savez, les dentifrices industriels ne font pas rêver quand on y regarde d'un peu plus près: ils contiennent des détergents agressifs (pour la mousse), des dérivés pétrochimiques, du fluor de synthèse sans oublier des conservateurs pas formidables (texture pâte oblige) et tout ça en tube plastique non recyclable! L'article de Raffa expliquait très bien tout ça il y a (déjà) 10 ans...

Passons donc à la pratique! Voici 3 alternatives, à choisir selon vos préférences personnelles.
  1. Acheter du dentifrice en poudre
  2. Utiliser du bicarbonate en poudre -> adopté par mon conjoint
  3. Utiliser du carbonate de calcium en poudre -> adopté par ma fille et moi
Bonus en fin d'article: si l'expérience de la poudre est rédhibitoire pour vous, il reste la solution de la pâte bicarbonate-coco.


1. Acheter du dentifrice en poudre
C'est une excellente manière d'amorcer la transition de la pâte à la poudre. C'est en tout cas de cette manière que nous avons procédé pour nous "déshabituer" du dentifrice en pâte, et il a nous a fallu tout de même 3 boîtes de Perblan (la marque la plus répandue en magasin bio, voir photo ci-contre issue de ce blog) pour y arriver! Perdre une habitude vieille de plusieurs décennies n'est pas chose facile!

Toujours est-il que le Perblan est très proche d'un dentifrice en pâte au niveau de sa formule (l'eau et les conservateurs en moins), ce qui lui confère un usage très similaire: il mousse, il est parfumé, son goût est agréable.
En outre, la boîte est recyclable, mais je vous conseille de la garder, elle pourra vous servir par la suite comme contenant pour votre dentifrice "maison".

Utilisation: humidifiez votre brosse, secouez-la pour enlever l'excès d'eau puis tamponnez-la dans la poudre. La juste dose restera collée sur les poils.


2. Utiliser du bicarbonate en poudre
Cet ingrédient est largement revenu sur le devant de la scène pour ses innombrables propriétés, notamment comme nettoyant et anti-odeur. Il est d'ailleurs peut-être déjà dans votre salle de bain, en tant que déodorant. Mais si, rappelez-vous, j'en avais parlé dans cet article...

Son utilisation comme dentifrice est approuvé par un nombre croissant de dentistes. Il élimine bien la plaque dentaire, sans abîmer l'émail, à condition qu'il soit fin: il doit avoir la finesse du sucre glace et non du sucre semoule. L'idéal est de l'acheter en vrac en magasin bio, sinon en boîte ou sachet cartonné. On le trouve aussi en pharmacie, malheureusement souvent avec un sachet plastique. Il est en outre économique et ne laissera pas de tâche blanche dans votre évier, contrairement à un dentifrice classique; au contraire, il participera à nettoyer votre faïence!

Ses inconvénients sont qu'il ne mousse pas et qu'il a un goût très salé. Béa Johnson y ajoute de la stévia, mais en France cet ingrédient est très controversé et dur à trouver, autant s'en passer. Mais là aussi, c'est une question de goût et d’habitude. Certaines personnes le trouvent un peu agressif pour les gencives, faites des tests et voyez ce que ça donne.

Utilisation: saupoudrez directement sur votre brosse à dent humide au-dessus de votre évier. S'il en tombe à côté, ce n'est pas grave, comme vu précédemment. Si vous souhaitez un design plus sympa et plus petit que la boîte du commerce, vous pouvez opter pour une salière (comme Béa Johnson dont est issue la photo). Le tout est de trouver la bonne taille et le bon système d'ouverture/fermeture.

3. Utiliser du carbonate de calcium en poudre 

Un ingrédient essentiel du dentifrice, celui qui fait son intérêt à vrai dire, c'est l'élément abrasif doux: le carbonate de calcium est parfait pour ce rôle. Ses synonymes sont: Blanc de Meudon, Blanc d'Espagne, poudre de craie, poudre de marbre. Il est peut-être déjà dans votre maison depuis mon article sur le Blanc de Meudon, article publié au moment des fêtes de Noël puisqu'il s'agit d'un produit multi-usage...

L'avantage du carbonate de calcium est qu'il s'agit d'un abrasif très doux qu'on retrouve dans un certain nombre de dentifrices, le Perblan compris. Son goût est totalement neutre (et non salé comme le bicarbonate) et peut s'agrémenter d'huiles essentielles. Il est en outre très économique (un sac de 500g ou 1kg vous durera très longtemps).

Son défaut est sa finesse qui nécessite un contenant bien étanche: une ancienne boîte de Perblan par exemple. Il pourra aussi laisser des tâches blanches dans votre évier, exactement de la même manière qu'un dentifrice industriel! Il faut donc être un peu attentif lorsqu'on s'en sert (et aussi pour ne pas renverser la boîte).

Utilisation: pour le confectionner, je remplis mon ancienne boîte bleue avec du Blanc de Meudon, j'ajoute 10 gouttes d'huile essentielle de citron et 10 gouttes d'eucalyptus* puis je ferme et je secoue bien. J'étiquette ma boîte et voilà! Quant à l'usage, c'est exactement comme le Perblan. Astuce: si vous avez gardé comme moi 3 boîtes de Perblan, vous pouvez les remplir toutes en même temps et constituer une réserve pour plusieurs mois. Plus de tubes à acheter pour le reste de votre vie! *Consultez un livre d'aromathérapie et évitez les huiles essentielles chez les jeunes enfants.

Bonus: utiliser du bicarbonate en pâte
La recette nous vient de Lauren Singer, la jeune new-yorkaise dont je vous ai parlé dernièrement. La préparation est très simple et en plus, elle est en vidéo sous-titrée! (Il faut cliquer sur la roulette en bas à droite et choisir la langue des sous-titres.)
Elle ne contient que 3 ingrédients:
- 2 cuillères à soupe d'huile de coco (dont j'ai déjà parlé et qui est peut-être déjà dans votre salle de bain!)
- 1 cuillère à soupe de bicarbonate
- 15 à 20 gouttes d'huile essentielle (elle utilise la menthe mais celle-ci est déconseillée si vous prenez de l'homéopathie et chez les enfants: vous pouvez la supprimer ou la remplacer)

Utilisation: prélevez une petite quantité avec une cuillère que vous gardez toujours près du pot et déposez sur la brosse à dent.

Et pour terminer sur le sujet, optez pour une brosse à dent compostable! J'ai acheté la mienne (cf photo ci-dessus) sur internet mais je pense qu'on va en trouver (ou qu'on en trouve déjà) en magasin bio. Ouvrez donc l’œil... et réclamez si nécessaire!