Notre responsabilité d'humain, c'est de créer chacun à notre échelle notre paradis sur terre : ce monde dans lequel nous souhaitons vivre.

mardi 23 août 2016

Les alternatives au dentifrice industriel en tube

Dans le même esprit que mon article sur la lessive, voici une revue des différentes alternatives possibles pour un dentifrice plus sain, économique et sans déchet.

Comme vous le savez, les dentifrices industriels ne font pas rêver quand on y regarde d'un peu plus près: ils contiennent des détergents agressifs (pour la mousse), des dérivés pétrochimiques, du fluor de synthèse sans oublier des conservateurs pas formidables (texture pâte oblige) et tout ça en tube plastique non recyclable! L'article de Raffa expliquait très bien tout ça il y a (déjà) 10 ans...

Passons donc à la pratique! Voici 3 alternatives, à choisir selon vos préférences personnelles.
  1. Acheter du dentifrice en poudre
  2. Utiliser du bicarbonate en poudre -> adopté par mon conjoint
  3. Utiliser du carbonate de calcium en poudre -> adopté par ma fille et moi
Bonus en fin d'article: si l'expérience de la poudre est rédhibitoire pour vous, il reste la solution de la pâte bicarbonate-coco.


1. Acheter du dentifrice en poudre
C'est une excellente manière d'amorcer la transition de la pâte à la poudre. C'est en tout cas de cette manière que nous avons procédé pour nous "déshabituer" du dentifrice en pâte, et il a nous a fallu tout de même 3 boîtes de Perblan (la marque la plus répandue en magasin bio, voir photo ci-contre issue de ce blog) pour y arriver! Perdre une habitude vieille de plusieurs décennies n'est pas chose facile!

Toujours est-il que le Perblan est très proche d'un dentifrice en pâte au niveau de sa formule (l'eau et les conservateurs en moins), ce qui lui confère un usage très similaire: il mousse, il est parfumé, son goût est agréable.
En outre, la boîte est recyclable, mais je vous conseille de la garder, elle pourra vous servir par la suite comme contenant pour votre dentifrice "maison".

Utilisation: humidifiez votre brosse, secouez-la pour enlever l'excès d'eau puis tamponnez-la dans la poudre. La juste dose restera collée sur les poils.


2. Utiliser du bicarbonate en poudre
Cet ingrédient est largement revenu sur le devant de la scène pour ses innombrables propriétés, notamment comme nettoyant et anti-odeur. Il est d'ailleurs peut-être déjà dans votre salle de bain, en tant que déodorant. Mais si, rappelez-vous, j'en avais parlé dans cet article...

Son utilisation comme dentifrice est approuvé par un nombre croissant de dentistes. Il élimine bien la plaque dentaire, sans abîmer l'émail, à condition qu'il soit fin: il doit avoir la finesse du sucre glace et non du sucre semoule. L'idéal est de l'acheter en vrac en magasin bio, sinon en boîte ou sachet cartonné. On le trouve aussi en pharmacie, malheureusement souvent avec un sachet plastique. Il est en outre économique et ne laissera pas de tâche blanche dans votre évier, contrairement à un dentifrice classique; au contraire, il participera à nettoyer votre faïence!

Ses inconvénients sont qu'il ne mousse pas et qu'il a un goût très salé. Béa Johnson y ajoute de la stévia, mais en France cet ingrédient est très controversé et dur à trouver, autant s'en passer. Mais là aussi, c'est une question de goût et d’habitude. Certaines personnes le trouvent un peu agressif pour les gencives, faites des tests et voyez ce que ça donne.

Utilisation: saupoudrez directement sur votre brosse à dent humide au-dessus de votre évier. S'il en tombe à côté, ce n'est pas grave, comme vu précédemment. Si vous souhaitez un design plus sympa et plus petit que la boîte du commerce, vous pouvez opter pour une salière (comme Béa Johnson dont est issue la photo). Le tout est de trouver la bonne taille et le bon système d'ouverture/fermeture.

3. Utiliser du carbonate de calcium en poudre 

Un ingrédient essentiel du dentifrice, celui qui fait son intérêt à vrai dire, c'est l'élément abrasif doux: le carbonate de calcium est parfait pour ce rôle. Ses synonymes sont: Blanc de Meudon, Blanc d'Espagne, poudre de craie, poudre de marbre. Il est peut-être déjà dans votre maison depuis mon article sur le Blanc de Meudon, article publié au moment des fêtes de Noël puisqu'il s'agit d'un produit multi-usage...

L'avantage du carbonate de calcium est qu'il s'agit d'un abrasif très doux qu'on retrouve dans un certain nombre de dentifrices, le Perblan compris. Son goût est totalement neutre (et non salé comme le bicarbonate) et peut s'agrémenter d'huiles essentielles. Il est en outre très économique (un sac de 500g ou 1kg vous durera très longtemps).

Son défaut est sa finesse qui nécessite un contenant bien étanche: une ancienne boîte de Perblan par exemple. Il pourra aussi laisser des tâches blanches dans votre évier, exactement de la même manière qu'un dentifrice industriel! Il faut donc être un peu attentif lorsqu'on s'en sert (et aussi pour ne pas renverser la boîte).

Utilisation: pour le confectionner, je remplis mon ancienne boîte bleue avec du Blanc de Meudon, j'ajoute 10 gouttes d'huile essentielle de citron et 10 gouttes d'eucalyptus* puis je ferme et je secoue bien. J'étiquette ma boîte et voilà! Quant à l'usage, c'est exactement comme le Perblan. Astuce: si vous avez gardé comme moi 3 boîtes de Perblan, vous pouvez les remplir toutes en même temps et constituer une réserve pour plusieurs mois. Plus de tubes à acheter pour le reste de votre vie! *Consultez un livre d'aromathérapie et évitez les huiles essentielles chez les jeunes enfants.

Bonus: utiliser du bicarbonate en pâte
La recette nous vient de Lauren Singer, la jeune new-yorkaise dont je vous ai parlé dernièrement. La préparation est très simple et en plus, elle est en vidéo sous-titrée! (Il faut cliquer sur la roulette en bas à droite et choisir la langue des sous-titres.)
Elle ne contient que 3 ingrédients:
- 2 cuillères à soupe d'huile de coco (dont j'ai déjà parlé et qui est peut-être déjà dans votre salle de bain!)
- 1 cuillère à soupe de bicarbonate
- 15 à 20 gouttes d'huile essentielle (elle utilise la menthe mais celle-ci est déconseillée si vous prenez de l'homéopathie et chez les enfants: vous pouvez la supprimer ou la remplacer)

Utilisation: prélevez une petite quantité avec une cuillère que vous gardez toujours près du pot et déposez sur la brosse à dent.

Et pour terminer sur le sujet, optez pour une brosse à dent compostable! J'ai acheté la mienne (cf photo ci-dessus) sur internet mais je pense qu'on va en trouver (ou qu'on en trouve déjà) en magasin bio. Ouvrez donc l’œil... et réclamez si nécessaire!

dimanche 14 août 2016

Les petits mouchoirs (en tissu)

Je vous parlais il y a quelques temps des rêves et de toutes les possibilités qu'il existe ici et maintenant pour contribuer au monde dans lequel on veut vivre.
Eh bien, voici un exemple concret dans ma propre vie...

Lorsque ma fille fréquentait la crèche de notre commune, une crèche très écolo d'ailleurs puisqu'elle possède le label Ecolo Crèche (vous devinez que je ne vois là-dedans aucun hasard!), nous avions fait part de notre enthousiasme face à cette thématique. Beaucoup d'actions étaient déjà menées à bien: compost pour les épluchures et restes de repas, nettoyage du matériel à la vapeur, lingettes lavables pour le change, bavettes en tissu, essuie-main en tissu, lessive bio en grand contenant... Les couches utilisées étaient écologiques aussi, à défaut d'être lavables, l'essai réalisé n'ayant pas été concluant.

Il ne restait plus tellement de choses à améliorer en dehors des couches*:
- passer aux factures électroniques au lieu des factures en papier
- remplacer les feutres effaçables, bien que rechargeables, par des crayons en bois effaçables à l'eau
- supprimer les mouchoirs jetables pour passer aux mouchoirs en tissu

Les 2 premiers points étant facilement réglés, il restait les mouchoirs... d'où mon petit projet du moment: coudre des petits mouchoirs!

En effet, la crèche a collecté grâce aux parents et grand-parents, et grâce aux magasins d'occasion, plein de mouchoirs en tissu pour une somme dérisoire. Simplement, ces mouchoirs sont souvent très grands (40 à 50 cm de côté) et le but est bien sûr d'utiliser chaque mouchoir une seule fois avant de le mettre au sale. Il restait donc à couper les grands mouchoirs en 4 ou en 6 et à coudre un ourlet sur les côtés coupés.

Lorsque la directrice m'a contactée, une maman couturière avait déjà cousu un grand nombre de petits mouchoirs. Il restait juste une pile supplémentaire pour faciliter la rotation des mouchoirs pendant les mois à rhumes...


 Je vous passe mes aventures assez nombreuses mais ô combien palpitantes avec la machine à coudre de ma grand-mère que j'ai dû abandonner au profit de la machine à coudre Singer héritée de ma Nounou, modèle sur lequel je n'avais jamais cousu de ma vie...
Il a fallu trouver le mode d'emploi sur Internet, la nettoyer et la graisser entièrement (merci à mon cousin Clément!) puis arriver à passer le fil dans le bon sens, dompter la pédale et le fonctionnement général. J'ai cru ne jamais y arriver... et pourtant: si.

Les portes s'ouvrent toujours lorsque la cause en vaut la peine... Je l'ai vérifié ;0)

* Autres propositions/actions que nous avons faites:
- faire un atelier décoration de Noël au Blanc de Meudon
- faire découvrir le furoshiki pour emballer sans papier cadeau
- partager notre retour d'expérience au sujet des couches lavables

lundi 8 août 2016

Du bon usage du soleil (et astuce anti-moustique)

On entend dire énormément de choses à ce sujet mais mon opinion personnelle est un peu éloignée du discours officiel. Je ne dis pas que j'ai raison, et j'invite surtout chacun à tenir compte de son ressenti et de ses limites!
Pour un article très complet et plein de bon-sens sur le sujet, je vous renvoie à cette page du site de Raffa.
Voici ici le résumé de ce que je retiens et applique.

1. Le soleil est un indispensable de notre santé, et notre changement de mode de vie (travail en intérieur) a provoqué un manque d'exposition chronique aggravé par une exposition intensive pendant les congés. S'il est excellent de s'exposer un peu toute l'année, il est plutôt dangereux de s'exposer beaucoup en très peu de temps.

2. La meilleure protection reste le bronzage naturel, qui est possible à condition de connaître son phototype (sa capacité à bronzer) et d'en tenir compte pour une exposition progressive. Ex: phototype 3 à 5: augmenter le temps d'exposition de 10 min par jour. Le but est de ne jamais arriver au coup de soleil qui est une lésion: en développant l'écoute de son corps, on "sent" quand il faut s'arrêter ;0)

3. A défaut, la seconde meilleure protection est le vêtement et le chapeau. Les dermatologues recommandent un vêtement long, ample, de couleur plutôt soutenue (plus c'est foncé, plus ça arrête les UV). Pour ma part, j'évite tout de même le noir, difficile à supporter en terme de température, pour me limiter aux coloris soutenus (ou clairs si le tissu est un peu épais).

4. Manger des fruits (notamment rouges), et des crudités permet d'apporter des anti-oxydants pour "réparer" d'éventuels dommages liés à une exposition un peu prolongée (le corps fait ces réparations en permanence, et c'est lorsqu'il est débordé que cela devient dangereux). Manger des fruits et des légumes riches en carotène (tomates, carottes...) permet en outre d'apporter une aide au bronzage, sans recourir aux compléments alimentaires.

5. Lors d'une exposition, la peau sécrète des molécules de protection: si vous vous douchez de suite après l'exposition, vous détruisez cette protection ; cela revient à agresser votre peau une seconde fois. Mieux vaut attendre au moins 2 heures et ne pas récurer votre peau: un lavage à l'eau chaude suffit la plupart du temps...

6. Pour apaiser une peau un peu rougie, un macérat de calendula (fleurs de soucis) est souverain (très simple à fabriquer soi-même). Pour faire encore plus simple, je me contente d'appliquer sur une peau humide (peu séchée en sortant de la douche), une noisette d'huile de coco réchauffée dans mes mains. Cette huile sèche, qui est la base du monoï, possède des tas de propriétés dont j'ai parlé ici. En se mêlant à l'eau, elle forme une émulsion : c'est la base d'une crème hydratante, en version bien plus saine que celle du supermarché, même bio!

Bel ensoleillement!

PS: et les moustiques? Je teste 2 gestes cette année:
1. J'étale 1 ou 2 gouttes d'huile essentielle de citronnelle sur les zones à risque (jambes, bras, épaules) mais seulement le soir car cette huile est photo-sensibilisante (ne pas utiliser non plus dans les 3 premiers mois de grossesse). Il est aussi possible de l'utiliser en diffusion sur un mouchoir, un oreiller ou une pierre poreuse.
2. Je mange 1 cuillère à café de pollen par jour. Il paraît que cela charge le sang en vitamine B, ce qui repousse les moustiques... J'ai vu ça dans cette vidéo d'Alys Boucher. On verra bien si ça marche... dans tous les cas, c'est un bon reminéralisant en vu de la rentrée!

mardi 2 août 2016

Des vidéos TED sur le Zéro déchet!

En parlant du mouvement TED, cela m'a fait penser aux dernières vidéos TED que j'ai visionnées au sujet du Zéro déchet.

J'y ai découvert tout d'abord Pauline Imbault (à gauche ci-dessous) et son épopée vers une vie sans déchet.
J'ai notamment apprécié sa métaphore au sujet de la transition entre la vie avant et la vie après le Zéro déchet:
"Demandez à un fumeur qui est en train d'arrêter de fumer si c'est difficile. Il vous dira oui. Mais si vous demandez à un non-fumeur si c'est difficile de ne pas fumer, il vous dira non. Ce n'est pas une situation ou une autre qui est compliquée, c'est passer de l'une à l'autre".

Ensuite, je suis tombée sur Lauren Singer (au centre), une jeune new-yorkaise dont je vous reparlerai prochainement. La vidéo est en anglais mais vous pouvez choisir, avec la roulette en bas à droite de l'écran, des sous-titres en anglais ou en français. Cette jeune étudiante en environnement possède le blog Trash is for tossers, qu'on pourrait traduire littéralement par "La poubelle c'est pour les naz". Elle diffuse également quelques vidéos sur sa chaîne Youtube. Désespérée de voir des courriels du type "Je n'ai pas le temps, je ne sais pas faire... où puis-je trouver les produits?", elle a monté une boutique en ligne pour acheter quelques produits "faits-maison".

Et enfin, voici notre chère Bea Johnson (à droite), qui, bien qu'elle a inspiré les 2 précédentes, n'a eu droit à sa vidéo TED que postérieurement! On la retrouve fidèle à elle-même sur le fond et sur la forme... Malheureusement, la vidéo n'a droit qu'à des sous-titres en anglais mais les anglophones devraient arriver à la comprendre! Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, son portrait (rapide) est ici et son site est .


Bien sûr, il y a des tas d'autres vidéos sur le sujet du Zéro déchet, ainsi que des vidéos très intéressantes sur d'autres sujets...
Je vous recommande notamment celle de Pierre Rabhi, toujours aussi naturel avec ses nus-pieds, et qui remet bien les choses en perspective!

Bon visionnage!