Notre responsabilité d'humain, c'est de créer chacun à notre échelle notre paradis sur terre : ce monde dans lequel nous souhaitons vivre.

mercredi 15 mars 2017

J'arrête de râler (et de vivre ma vie à moitié endormie)!

En ce moment, je lis "J'arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint)" (pris à la bibliothèque, pensez-y!) et il faut que je vous (re)parle un peu de cette thématique.

Rappelez-vous, il y a tout juste 1 an, je vous parlais pour la 1ère fois de son auteure : Christine Lewicki et son défi 21 jours sans râler! Je vous y partageais son parcours et notamment sa vidéo TED.

L'idée a bien cheminé depuis ce temps, et s'est imposée comme une évidence: une manière habituelle et chronique de se gâcher la vie, c'est clairement notre tendance à râler tout au long de la journée.
Ça ne paraît rien, comme ça, vu de loin, mais quand on commence à y mettre le nez dessus, on se rend vite compte que c'est par la râlerie qu'on gère toutes nos contrariétés, imprévus, maladresses, peurs, demandes, malaises... On pourrait se dire: "oui, OK, mais si ça nous fait du bien et que ça marche, pourquoi pas?". Sauf qu'il faut bien là aussi se rendre à l'évidence: on n'obtient pas nécessairement ce qu'on veut en râlant (ou pas sans effets adverses), et par contre, on est sûr de plomber l'ambiance et le moral de tout le monde, en commençant par soi, en fait.

En somme, voici les étapes par lesquelles je suis passée:
❶ je remarque tous les moments où je râle et ça me plombe le moral, j'ai envie de me flageller 😈 mais ce n'est pas le but 😇
❷ je suis sur mes gardes mais je ne vois pas trop comment faire autrement 😶 parce que je ne veux pas renoncer à me faire entendre
❸ j'essaie d'identifier le déclencheur de ma râlerie: je n'ai pas obtenu ce que je veux, j'ai eu peur, je n'arrive pas à exprimer ma demande à la bonne personne, je n'ose pas demander de l'aide etc...
❹ je cherche des stratégies autres que la râlerie selon le déclencheur: une discussion en tête à tête une fois que je suis calmée, le lâcher-prise, l’expression spontanée de mon émotion sans accusation, un petit mot à un endroit stratégique...
❺ je suis contente de remarquer après quelques semaines que l'ambiance est meilleure: je suis une version plus agréable de moi-même, j'obtiens plus souvent ce que je veux et tout le monde est de meilleure humeur...

Notez que le livre (et certainement le précédent: J'arrête de râler) est une aide précieuse pour le 3 et le 4.

***************************

Une autre thématique chère à Christine Lewicki, c'est l'accomplissement de soi, via son activité notamment, pour éviter de "vivre sa vie à moitié endormi", comme elle dit. Elle formule à ce sujet une hypothèse assez intéressante je trouve.

Pour elle, notre activité nous place dans une des zones suivantes au plan personnel:
la zone d'incompétence: on fait quelque chose qu'une autre personne ferait mieux que nous. On réalise quand même la tâche, et on arrive à un résultat pas trop mauvais, mais on a utilisé beaucoup d'énergie et cela ne nous a rien apporté sur le plan du développement personnel.
la zone de compétence: on fait quelque chose que quelqu'un d'autre ferait aussi bien que nous. On réalise la tâche grâce à notre formation/diplôme et on en tire de la satisfaction, mais on n'y a pas mis nos valeurs, notre touche.
la zone d'excellence: on fait quelque chose mieux que les autres. On a à ce niveau un bon retour extérieur (bon salaire, reconnaissance) et une bonne satisfaction, mais il manque le sens profond, et la motivation diminue généralement avec les années.
la zone de brillance: on combine compétence ou excellence avec le fait d'être soi-même, et on est à la bonne place. Souvent, quand on touche à cette zone, on s'auto-sabote, et cette voix intérieure 'rabat-joie' est même le signe qu'on est sur la bonne voie!

En bref, une activité réussie est une activité où l'on est soi-même, où on est à sa place et où on apporte quelque chose aux autres.

Je vous invite à écouter cela directement en vidéo (cliquez):


Bon visionnage et bonne mise en pratique!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire